Pratiques des soignants des Equipes Mobiles Psychiatrie Précarité du Nord - Pas-De-Calais auprès des personnes migrantes

migrantsUn travail réalisé par Mathilde Baux de novembre 2014 à mai 2015.


Les EMPP, Equipes Mobiles Psychiatrie Précarité, ont trois missions :

  • aller au-devant des personnes en situation de précarité (prévention, repérage précoce, orientation et accès au dispositif de soins de droit commun),
  • aller à la rencontre des acteurs de première ligne (information, soutien, échange de pratiques, formations),
  • assurer une fonction d’interface entre les secteurs de psychiatrie et les équipes sanitaires et sociales, afin de faciliter l’élaboration de prises en charge coordonnées pour les personnes en situation de précarité.

On dénombre 11 EMPP dans le Nord - Pas-de-Calais, à Lille, Roubaix, Valenciennes, Arras, Douai, Cambrais, Maubeuge, Lens-Hénin Beaumont, Boulogne, Montreuil et Calais. Une douzième est en projet à Béthune.

La région Nord - Pas-de-Calais est historiquement une terre de migration, qui a fait appel à de la main d’œuvre étrangère. Aujourd’hui encore, en temps que région frontalière, elle est concernée par des flux migratoires. Une partie de ces migrants est en situation de précarité. Parmi cette population précaire, certains ont des troubles psychiatriques et des difficultés d’accès aux soins. Ils peuvent présenter une souffrance psychique intense, de l’anxiété, un épisode dépressif majeur du fait de la migration et des conditions de vie, ou des syndromes de stress post traumatique réactionnels aux violences subies avant ou au cours de la migration.

Les EMPP confrontées à cette population de migrants ont dû aménager leur pratique.

L’objectif de ce travail est d’étudier les pratiques des EMPP du Nord-Pas-de-Calais auprès des personnes migrantes.

La constitution de pratiques professionnels est un phénomène complexe. Les méthodes de recherches qualitatives permettent d’appréhender de tels phénomènes.

Dans un premier travail, nous ferons l’analyse du discours des soignants des EMPP afin d’explorer le parcours de soin de personnes migrantes : les modalités d’intervention, les aménagements spécifiques pour permettre la rencontre et l’accès au soin, le passage de relais vers les structures de droit commun, les enjeux politiques de cette prise en charge.

Un deuxième travail complémentaire se centrera sur l’EMPP de Calais à partir d’un cas clinique et dans le cadre d’une étude de terrain selon une méthode d’observation participante.

Retrouvez l'ensemble des résultats dans la thèse de Mathilde Baux.
BAUX Mathilde
Pour lui écrire

Présentation au conseil scientifique

Le travail de Mathilde Baux a été présenté au conseil scientifique de la F2RSM le 09 décembre 2014.

Consultez sa présentation.