Comment utiliser le web et les réseaux sociaux pour promouvoir l'accès aux soins des personnes suicidaires ?

Frontiers in Psychology, 2018

PapagenoC-E Notredame (1,2,3), P Grandgenèvre (1,2), N Pauwels (4), M Morgiève (5), M Wathelet (6), G Vaiva (1,2,4), M Séguin (3,7). Leveraging the Web and Social Media to Promote Access to Care Among Suicidal Individuals, Frontiers in Psychology. 2018 ; volume 9 article 1338

Après deux décennies de développement exponentiel, Internet est devenu une composante indissociable de la prévention du suicide. Plus spécifiquement, les réseaux sociaux sont devenus un espace privilégié pour les personnes suicidaires tant pour exprimer leur détresse que pour demander de l'aide. Bien que cette tendance comporte des risques et des défis spécifiques, elle ouvre des opportunités sans précédent pour faire face aux défis de la recherche d'aide et d’accès aux soins. Dans cet article, l’équipe du programme Papageno présente des données empiriques, technologiques et théoriques en faveur de la mise en œuvre d'une politique de prévention numériquement augmentée. En phase avec les observations cliniques et théoriques sur le processus de recherche d'aide, ils avancent que les réseaux sociaux peuvent accompagner trois principales fonctions de renforcement de la proactivité : la fonction « passerelle » qui se rapporte aux propriétés des interactions des réseaux sociaux pour tirer parti de la recherche d'aide et permettre aux personnes ambivalentes d'accéder au système de santé mentale. La fonction « communication » qui vise à diffuser des messages de recherche d’aide, tout en s'appuyant sur la structure fonctionnelle du réseau pour augmenter leur audience. La fonction « intervention » qui consiste à utiliser des algorithmes d’apprentissage automatique pour détecter les utilisateurs de réseaux sociaux les plus à risque de comportements suicidaires et leur donner une chance de surmonter leur réticence dysfonctionnelle à accéder au soin. Ils proposent de combiner ces trois fonctions en un seul modèle opérationnel cohérent qui impliquerait les actions conjointes d'une équipe de communication et d'intervention sur les réseaux sociaux, travaillant en étroite collaboration avec les professionnels de la santé mentale, les services d’urgence et les ressources communautaires.

Retrouvez l'article complet

(1) Department of Psychiatry, Centre Hospitalier Regional et Universitaire de Lille, Lille, France

(2) SCALab, Centre National de la Recherche Scientifique, Lille, France

(3) McGill Group for Suicide Studies, Douglas Institute, McGill University, Montreal, QC, Canada

(4) Fédération Régionale de Recherche en Psychiatrie et Santé Mentale des Hauts-de-France, Lille, France

(5) Department of Psychiatry, Fondation FondaMental, Hospital Albert Chenevier, Créteil, France

(6) Department of Public Health, Centre Hospitalier Regional et Universitaire de Lille, Lille, France

(7) Department of Psychology, Université du Québec en Outaouais, Gatineau, QC, Canada