8ème Congrès Français de Psychiatrie

La continuité du soin des adolescents de la psychiatrie infanto-juvénile vers la psychiatrie adulte

23 au 26 novembre 2017, à Montpellier

Les auteurs : Laurent Plancke, Alina Amariei, Frédéric Fourcroy, Thierry Danel.

Une étude réalisée par la F2RSM, portant sur le soin en psychiatrie avait fait apparaître une baisse marquée du taux de prise en charge à la fin de l’adolescence [1] . Cette chute est également décrite dans la littérature internationale [2] , [3] . Cela témoignerait d’une interruption des soins psychiatriques pouvant s’expliquer soit par la consolidation ou la disparition de la pathologie, soit par une rupture dans le suivi.

Nous avons mené une étude exploratoire afin de décrire la population en transition entre les services de psychiatrie infanto-juvénile (PIJ) et les services pour adultes (PA) et tenter de comprendre les facteurs d’interruption du soin.

Ce travail est basé sur l’exploitation des données du recueil informatisé médicalisé en psychiatrie (RimP) des années 2011-2013. La population étudiée comprend les 14-18 ans pris en soin dans un ensemble de services de PIJ de la région Nord-Pas-de-Calais. Dans un 1er temps, nous avons étudié la probabilité d’une seconde prise en charge en PIJ. Dans un second temps, nous avons mesuré la probabilité de transition vers la PA à partir de la dernière date de soins en PIJ. Ces deux premières analyses ont été menées à l’aide du modèle de survie de Kaplan-Meier. Dans un 3ème temps, nous avons employé le modèle de Cox pour rechercher les facteurs associés à l’interruption des soins chez les adolescents.

La probabilité d’une seconde prise en soin chez l’ensemble des patients suivis en PIJ est importante (70 % à 36 mois). Cependant, aux âges de la transition, seule une faible proportion des adolescents continue les soins en PA (10 % à 36 mois). Une probabilité de continuité de soin plus importante est observée avec la montée en âge. Le sexe n’introduit pas de différence significative. Les jeunes ayant un code diagnostique de « schizophrénie, troubles schizotypiques et troubles délirants » présentent la probabilité la plus élevée d’être pris en soin en PA, tandis que la probabilité la plus faible est associée au diagnostic de « troubles de comportement apparaissant durant l’enfance et l’adolescence ».

Notre étude montre que, pour une grande majorité des adolescents, la période de transition entre les services de PIJ et ceux pour adultes est caractérisée par une interruption de suivi. Comprendre les facteurs explicatifs de ce phénomène, thème qu’aborde notre étude, paraît essentiel pour questionner la continuité des soins et optimiser la transition des patients entre les services de PIJ et de PA.

Consultez la communication affichée à l'occasion du 8ème Congrès Français de Psychiatrie.




Notes
1 - Plancke L, Amariei A. Le recueil d’informations médicalisé en psychiatrie est-il apte à décrire les prises en charge de leurs bénéficiaires dans le Nord - Pas-de-Calais ? 2014
2 - Pottick KJ, Bilder S, Vander Stoep A, Warner LA, Alvarez MF. US patterns of mental health service utilization for transition-age youth and young adults. J Behav Health Serv Res 2008; 35:373–89. doi:10.1007/s11414-007-9080-4
3 - Singh SP, Paul M, Ford T, Kramer T, Weaver T, McLaren S, et al. Process, outcome and experience of transition from child to adult mental healthcare: multiperspective study. Br J Psychiatry 2010; 197:305–12. doi: 10.1192/bjp.bp.109.075135