Epidémiologie des conduites suicidaires des personnes âgées

Neurologie, Psychiatrie, Gériatrie, 2017

Focus sur les suicides chez les personnes âgées de 65 ans ou plus en France et plus spécifiquement dans le Nord - Pas de Calais.

actu suicide personnes ages

Plancke L. Epidémiologie des conduites suicidaires des personnes âgées. Neurologie, Psychiatrie, Gériatrie, 2017 ; Volume 17, Issue 98, Pages 136-143

Les conduites suicidaires des personnes âgées n’ont pas fait l’objet récemment de synthèse épidémiologique en France.

Nous avons procédé à l’exploitation des résultats d’une enquête en population générale traitant des pensées suicidaires et des tentatives de suicide, des données d’activité hospitalière sur les séjours avec diagnostic de suicide et de la statistique des causes médicales de décès pour documenter les conduites suicidaires des personnes âgées de 65 ans ou plus en France, avec un focus sur le Nord - Pas-de-Calais pour certaines variables.

Durant la période 2011-2013, 2153 hommes âgés et 748 femmes âgées se suicident en moyenne chaque année, effectifs représentant le tiers de l’ensemble des suicides. Les taux de suicide par habitant des seniors sont les plus élevés et nombre et le taux de suicide des personnes âgées ont baissé depuis les années 1980 ; Cette diminution se poursuit durant les dernières années chez les femmes, mais pas chez les hommes. Ces derniers se suicidant beaucoup plus que les femmes, le ratio du nombre de suicides hommes âgés / femmes âgées ne cesse de progresser depuis 30 ans. Les régions du grand nord-ouest connaissent des taux de mortalité par suicide supérieurs à ceux des autres régions françaises.

Les tentatives de suicide sont proportionnellement moins nombreuses aux âges avancés, mais leur gravité est souvent plus élevée, les modes employés plus violents et le réel désir de mort plus fréquent, par rapport aux plus jeunes. Le taux de létalité au décours d’un séjour hospitalier pour tentative de suicide  chez les personnes âgées est plus élevé que chez les plus jeunes, mais le taux de récidive est plus faible (probablement pour partie du fait d’une mortalité plus élevée chez les seniors).

La mortalité suicidaire diminue chez les femmes âgées depuis une trentaine d’années, mais plus celle des hommes âgés, qui nécessitent une attention particulière, de la part de leur entourage, profane et professionnel, et des pouvoirs publics.

Accéder à cette publication en ligne : Épidémiologie des conduites suicidaires des personnes âgées - NPG Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie, Volume 17, Issue 98, Pages 136-143 - L. Plancke