Aide méthodologique

Etat des lieux des troubles du sommeil en prison

Investigateur principal : Nicolas Baelde, interne en psychiatrie

Les troubles du sommeil sont extrêmement fréquents puisqu’ils touchent environ une personne sur 3 en France (34%) (entre 10 et 20% pour les insomnies chroniques et environ 1,5% concernant l’hypersomnie). En population générale, moins de 20% des individus ayant des troubles du sommeil sont correctement diagnostiqués et traités. Les détenus ne sont pas épargnés par cette problématique extrêmement fréquente (de 40 à 60% selon les articles), cependant les études concernant l’évaluation épidémiologique des différents troubles du sommeil sont actuellement très limitées. Les rares travaux concernant les troubles du sommeil en milieu carcéral ne traitaient principalement que de l’insomnie.

Il est donc difficile de savoir quelles sont les particularités concernant cette population dans ce domaine.

Par ailleurs, l’impact sanitaire des troubles du sommeil (cardio-vasculaire, métabolique, cognitif, thymique, accidentologique…) est important, et leur prise en charge représente un enjeu fondamental de santé publique.

Ainsi, Il semble nécessaire de pouvoir définir les troubles du sommeil dont souffre cette population, d’en connaitre les particularités afin de mieux orienter notre prise en charge diagnostique et dans un second temps thérapeutique.

Réaliser une évaluation des différents troubles du sommeil chez des détenus et de mettre en évidence les particularités que l’on peut rencontrer au sein de cette population.

Il s’agira d’une étude descriptive, quantitative, observationnelle et transversale, monocentrique, comprenant un entretien directif à questions fermées réalisé à l’aide d’un auto-questionnaire papier, spécialement adapté au milieu carcéral, inspiré du questionnaire du sommeil du réseau Morphée.