APPEL A COMMUNICATION

ETRE SOIGNANT A L’ERE DE LA BIOETHIQUE : que change la bioéthique dans la clinique et les soins ?

, à Lille

La journée thématique annuelle de l’EEHU aura lieu le 28 novembre 2017. Avant la révision des lois de bioéthique prévue en 2018, l’espace éthique de Lille souhaite donner la parole sur ce sujet aux acteurs de terrain, soignants et chercheurs dans les domaines de la vie et de la santéBiotechnologie, biomédecine, bioéthique de quoi parlons-nous ? Où en sommes-nous ? Les recherches biomédicales impactent directement les soins lorsqu’elles trouvent une application auprès des patients. Quelles réflexions éthiques cela implique-t-il ?

Loin de vouloir couvrir les nombreux champs de la bioéthique, l’objectif est de comprendre comment  les soignants concilient l’utilisation des nouvelles technologies, techniques et innovations auprès des patients, les questionnements éthiques et les contraintes juridiques fixées par les lois de bioéthique. Quels sont les principes moraux et les représentations sociales qui sous-tendent les règles et pratiques en matière d’essais thérapeutiques, d’assistance médicale à la procréation, de prélèvements d’organes, de début et fin de vie, de recherches génomiques ou encore de nanotechnologies ? Qu’est-ce que cela change dans la clinique et les soins au chevet du patient ? Lorsque les frontières se meuvent entre naturel et artificiel, entre normal et pathologique, entre vivant et non-vivant, quel humain soigne-t-on ? Quels problèmes cela pose-t-il concrètement ? Quelles limites cela impose-t-il ? Quels progrès cela génère-t-il ? Quels sont les espoirs, les enjeux et les risques pour les soignés et les soignants ?

Ces questions se posent aux chercheurs, aux différents métiers de la santé (médecins, infirmiers, sages-femmes, psychologues, cadres …), aux patients, aux sciences humaines et sociales, à tout un chacun. Vous menez ou avez mené des réflexions et études sur ce sujet, individuellement ou en équipe ? Nous vous invitons à nous soumettre une proposition de communication avant le 22 mai 2017 (support en pièce jointe conseillé), de préférence par voie électronique