Recours aux antidépresseurs dans le Nord - Pas-de-Calais (2011)

Les antidépresseurs : une consommation fréquente, qui augmente avec l’âge et deux fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes

En France, 7,5% des adultes déclarent avoir connu un épisode dépressif caractérisé au cours des 12 derniers mois [[[Baromètre santé 2010]]]. Inventés dans les années 1950, les antidépresseurs constituent la 3e classe de médicaments psychotropes consommés (8,3% de la population régionale en 2011), après les anxiolytiques (16,9%) et les hypnotiques (8,9%). Pratiquement non consommés avant l’âge de 20 ans, ces médicaments deviennent de plus en plus employés avec l’âge : plus d’une personne sur dix en consomme à partir de 40 ans, et une sur cinq à partir de 80 ans. A 94% prescrits par des médecins généralistes, les antidépresseurs sont deux fois plus consommés par les femmes (10,9%) que par les hommes (5,5%) [[Résultats plus détaillés [1 et 2]]]. Paroxétine, fluoxétine, miansérine et citalopram sont les antidépresseurs les plus prescrits ; ces molécules constituent à elles seules le tiers des délivrances d’antidépresseurs.
Les taux standardisés de recours sont les plus élevés dans le Béthunois, l’Arrageois, une partie du Valenciennois et du Cambrésis, alors que les taux les plus faibles sont enregistrés dans le Dunkerquois, la métropole lilloise et le secteur de Somain.


Le document en format PDF