Mortalité de personnes présentant des troubles mentaux dans le Nord - Pas-de-Calais 2010 (MOPSY)

Les statistiques de mortalité sont utilisées comme indicateur de qualité de soins médicaux donnés, chez les patients présentant des troubles mentaux (Ringbäck W.G. 1998). De nombreuses études ont montré que la mortalité chez ces patients est plus élevée qu’en population générale. Toutes les catégories
de troubles psychiatriques sont concernées par ce risque élevé (Harris E. 1998).

En France, quelques études ont été publiées concernant ce sujet mais aucune ne recense les décès à partir du statut vital de patients souffrant de troubles mentaux, quel que soit le trouble.


En 2010, une étude a été menée au sein de la F2RSM sur la mortalité des patients souffrant de troubles mentaux dans le Nord. Elle portait sur une population de 5535 personnes hospitalisées entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2007, à l'EPSM Lille métropole (Armentières).

La population étudiée était composée à 55 % d'hommes et à 45 % de femmes.

Leur âge médian était respectivement de 39 et 43 ans.

663 personnes sont décédées durant la période de l'étude.

Les ICM s'établissaient à 425 pour les hommes (IC95 % : 387-466) et à 335 pour les femmes (IC95 % : 293-382) ; ils étaient d'autant plus élevés que les âges étaient jeunes (taux de mortalité 14 fois plus élevé chez les 18-34 ans qu'en population générale de même âge).

En excluant les démences et l'arriération mentale, sur les 536 patients décédés restants, 50 % sont décédés de causes naturelles et 40 % de causes externes (10 % de causes indéterminées).

Les patients souffrant de schizophrénie, trouble de l'humeur et troubles anxieux sont décédés de causes naturelles dans 52 à 55 % des cas.

Les principales causes de décès sont :

  • des pathologies cardiovasculaires pour les personnes souffrant de schizophrénie ou de troubles de l'humeur,
  • des cancers pour les personnes présentant des troubles anxieux,
  • les patients souffrant de troubles addictifs et de troubles de la personnalité sont plutôt enclins à décéder de cause externe : accidents pour les personnes avec troubles addictifs et suicides pour celles présentant un trouble de la personnalité

La faisabilité du protocole étant acquise, il nous est apparu important de développer et de généraliser cette étude à la population de patients souffrant de troubles mentaux dans toute la région du Nord - Pas-de-Calais bénéficiant d’au moins une hospitalisation.

Il s’agira d’une étude rétrospective multicentrique d’une cohorte ouverte de sujets souffrant de pathologies mentales hospitalisés en service de psychiatrie dans les EPSM et les CHG de la région entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2009.

L’objectif principal de l’étude sera d’évaluer l’évolution de l’espérance de vie de cette cohorte comparée à celle de la population générale du Nord - Pas-de-Calais. Le critère de jugement principal sera le taux de mortalité.

Consultez l'étude MOPSY 2013.