35èmes journées annuelles de la Société de l’information psychiatrique

Troubles dépressifs : le big data au secours de l’épidémiologie classique ?

Septembre 2016, à Bruxelles

La prévalence des troubles dépressifs d’après les enquêtes en population générale est très variable, de 5 à 14,9 %. Nous montrerons par une analyse systématique de la littérature que cette variabilité s’explique en partie par des difficultés définitionnelles (échelles différentes, effets de halo). Pour contourner ces difficultés, est-il possible de recourir au big data appliqué aux bases médico-administratives ? Nous identifierons ainsi différents profils de prise en charge et leurs corrélations à des variables sociodémographiques. Enfin, la question ontologique de la quantification en psychiatrie sera posée.

Une communication de Ruben Elisée, dans le cadre de l'atelier des internes sous l'égide de l'AFFEP.

Télécharger la présentation de Ruben Elisée.