Troubles mentaux et place de la psychiatrie dans la problématique de radicalisation

Investigatrice principale : Margot Trimbur, interne de psychiatrie, Lille

Pas d’articles scientifiques à notre connaissance, beaucoup de témoignages de médecins dans les médias mais aucun consensus.

Prise de position du ministre de l’intérieur à l’été 2017 sur le futur rôle des psychiatres dans la prise en charge des personnes radicalisées qui a provoqué de vives réactions dans la communauté psychiatrique.

Débat actuel autour de la question des troubles psychiatriques des terroristes mais pas de réponse claire à notre connaissance.

Travail en cours de la FFP pour déterminer la place et le rôle éventuel des psychiatres dans cette problématique.

Objectif principal : Terroristes et personnes radicalisées ont-ils des troubles mentaux ?

Objectifs secondaires : Description des troubles mentaux .

Comparaison des représentations et attentes des psychiatres et des experts sur les thématiques suivantes : définition de la radicalisation/ place de la psychiatrie dans la problématique radicale/ question du signalement/ traitement de la radicalisation/ amélioration des PEC/ recommandations

Partie 1 : Revue systématique de la littérature internationale (basée sur les recommandations PRISMA) sur base de données Pubmed (anglophone) et Lissa (francophone).

Partie 2 : Etude transversale, entretiens individuels semi-dirigés auprès des individus des deux populations à l’aide d’un questionnaire qualitatif de 9 questions ouvertes.

Partie 3 : Etude transversale auprès des psychiatres du Nord-Pas-de-Calais par le biais d’un questionnaire qualitatif semi-directif. Passation lors d’entretiens présentiels individuels.

Contacter Margot Trimbur