Aide méthodologique

Epuisement professionnel des psychiatres dans le Nord - Pas - Calais

Extrait de l'introduction

Le Syndrome d’Epuisement Professionnel (SEP) ou Burnout Syndrome est un concept qui a émergé aux Etats-Unis dans les années 70 en tant que problème social. Le terme de burnout a été utilisé pour la première fois par le Psychiatre Herbert J. FREUDENBERGER puis par Christina MASLACH, Chercheur en Psychologie dont les travaux ont été à l’origine de la définition du Syndrome, ainsi que de l’élaboration de l’outil de mesure : le Maslach Burnout Inventory, le MBI.

De très nombreux travaux ont tenté de comprendre ce phénomène, de le définir, d’en déterminer les causes (Individu ou Environnement de travail), les mécanismes, les conséquences. Ces chercheurs se sont battus pour que le syndrome soit reconnu et admis sur un plan scientifique. Malgré une émergence difficile, de très nombreux programmes de recherche ont été mis en place dans le monde entier et le concept connaît une expansion considérable depuis les années 80.

Initialement reconnu comme une atteinte auprès des professionnels de l’aide, il a été progressivement étendu à l’ensemble des professions. Il reste pourtant encore essentiellement appliqué au Soignant, et en particulier à la Profession Médicale.

J’ai pu me rendre compte, au cours de mes Etudes de Médecine et lors de mon Internat, que les Médecins avaient un rapport particulier à l’égard de leur propre état de santé et j’ai également compris que la profession médicale était particulièrement exposée au stress professionnel.

(...)

La littérature internationale fait état de risques spécifiques pour la santé chez les médecins Psychiatres.
En effet, la psychiatrie semble être une « profession à risque » en raison de l’intensité de la charge émotionnelle de la relation médecin/malade, de l’exposition à la souffrance psychique, de la confrontation au suicide et de la gestion du risque suicidaire et du passage à l’acte en général.

L’exercice en Santé Mentale pose aussi le problème de la fréquence de la violence, de la stigmatisation de la population traitée étendue à ceux qui la traitent. Il se heurte aussi à la chronicité des troubles mentaux, à la fréquence des rechutes, l’absence de traitement curatif, à la fréquence des situations de déclin sociocognitif, du handicap et de la dépendance.

Enfin, il existe des amalgames entre pathologie psychiatrique et problèmes sociaux et une confusion avec les problèmes qui relèvent du champ judiciaire et d’autres raisons seront abordées tout au long de ce travail.


Ce travail de thèse a bénéficié de l'appui méthodologique de la F2RSM, notamment concernant l'interprétation statistique des données et la diffusion aux psychiatres des questionnaires.

Téléchargez la thèse de Ruth Wiertz, Centre psychotéhrapique du Ternois EPSM Val de Lys - Artois.
Téléchargez la grille d'évaluation MBI.

Contact : Ruth Wiertz.