28e Journées ÉMOIS

Le codage des tentatives de suicide en psychiatrie, dans le Nord - Pas-de-Calais

Le 27 mars 2015, à Nancy

La F2RSM a communiqué aux Journées "Évaluation, management, organisation, information, santé" (journées ÉMOIS) à Nancy, le 27 mars 2015.


Introduction

La surveillance des taux de tentatives de suicide et de leurs évolutions est nécessaire à la réalisation d’état des lieux précis sur ce sujet ainsi qu’à l’évaluation des dispositifs innovants de prise en charge des suicidants. Le Recueil d’informations médicalisé en psychiatrie (RIM-P) pourrait être un complément pertinent aux autres recueils renseignant sur les tentatives de suicide prises en charge médicalement. Néanmoins, il semble aujourd’hui insuffisamment fiable pour être exploité en épidémiologie. Ce travail a pour objectif de dresser un état des lieux sur la manière dont les personnels des services de psychiatrie de la région Nord - Pas-de-Calais codent les tentatives de suicide.

Méthodes

Il s’agit d’une enquête quantitative transversale qui comporte deux volets : un questionnaire à destination des chefs de pôle et de service de la psychiatrie adulte publique et des établissements privés de la région et un questionnaire à destination des personnels soignants travaillant au sein d’équipes de psychiatrie assurant la prise en charge de patients suicidants au décours immédiat de la tentative de suicide (phase aiguë), et susceptibles de coder leur activité.

Résultats

Le taux de retour est de 55% pour le volet « chef » et estimé à 30% pour le volet « personnel soignant ». L’opinion des chefs de service et de pôle est globalement favorable sur le RIM-P.Néanmoins, les recommandations de codage semblent très hétérogènes, et les contacts avec les DIM insuffisants. Chez les professionnels qui codent leurs diagnostics, le codage des cas cliniques est assez hétérogène. De plus seuls 60% des répondants affirment coder systématiquement leurs prises en charge. Enfin, le codage des antécédents de TS ne semble que rarement réalisé.

Discussion/conclusion

Bien qu’on s’interroge depuis un certain temps sur la qualité des données renseignées dans le RIM-P, aucune étude n’avait à ce jour interrogé directement les professionnels sur la manière dont ils codent leurs diagnostics, en particulier les tentatives de suicide, dont la diminution est un enjeu important de santé publique, et dont la surveillance nécessite
donc des indicateurs de qualité. Cette étude a permis de dresser un premier état des lieux qui sera approfondi par des entretiens qualitatifs avec des représentants des départements d’information médicale et des soignants, l’objectif étant de parvenir à un consensus régional sur le codage des TS en psychiatrie, afin de disposer à terme d’une base de données exploitable en épidémiologie.


Téléchargez la communication de Chloé Dumesnil.