4ème Congrès Français de Psychiatrie

Réduire la surmortalité en psychiatrie

Novembre 2012, à Paris


Président de la séance : Pierre Thomas [1]

La mortalité précoce des personnes souffrant de troubles mentaux est importante et manifeste. La réduire représente pour la psychiatrie un objectif majeur et apparaît comme tel dans le plan santé mentale 2012.

 

  • Mesurer la surmortalité chez les personnes présentant des troubles mentaux
    Présenté par Laurent Plancke [2]
    Mesurer précisément et régulièrement la mortalité précoce est un préalable obligé. Plusieurs méthodes peuvent être employées pour ce faire. M. Laurent Plancke de la F2RSM présentera et discutera de leur pertinence, leur faisabilité et leur reproductibilité. Ces qualités sont en effet déterminantes dans leur utilisation synchronique pour la traduction des différences territoriales en santé mentale et dans leur utilisation diachronique afin de rendre compte de l'impact des stratégies mises en place pour la réduire.
    Téléchargez la présentation

 

  • Quelles sont les causes de mortalité des personnes présentant des troubles mentaux ?
    Présenté par Claire Gourier-Fréry [3]
    La surmortalité des personnes souffrant de troubles mentaux est due aux suicides, aux affections somatiques et à l'exclusion sociale. Sa mesure témoigne indirectement de l'efficience et des manques du soin psychiatrique, médical et social et de l'attention politique et environnementale pour ces personnes.
    La connaissance précise des causes de mortalité chez les personnes présentant des troubles mentaux est déterminante pour la définition des politiques de santé.
    Le Dr Claire Gourier-Fréry de l'INVS présentera les informations que l'on peut espérer tirer de la base nationale des causes de décès et diagnostics associés du CépiDC de l'Inserm afin de décrire la distribution des causes principales de décès des personnes pour lesquelles est rapportée une affection psychiatrique, et de la comparer à celle des personnes sans trouble psychiatrique.

 

  • Comment améliorer l'espérance de vie des personnes présentant des troubles mentaux ?
    Présenté par Christophe Lançon [4]
    Le Pr Lançon s'appuiera sur les données présentées et sur sa propre expérience pour discuter des actions à mener en santé publique et en santé mentale pour relever le défi de la surmortalité de la population souffrant de troubles mentaux.



Notes
1 - PU-PH, responsable du Pôle Psychiatrie, médecine légale et médecin pénitentiaire du CHRU de Lille - Président du Conseil scientifique de la Fédération régionale de recherche en santé mentale (F2RSM)
2 - sociologue chargé d'études à la F2RSM
3 - Claire Gourier-Fréry, épidémiologue Institut national de veille sanitaire (INVS), Saint-Maurice
4 - PU-PH chef du service psychiatrie de l'hôpital Sainte-Marguerite, Marseille