Congrès Français de Psychiatrie

Inégalités sociales et territoriales de santé mentale

28 novembre 2013, Nice

Le jeudi 28 novembre, Laurent Plancke - sociologue, chargé d'études à la F2RSM - a présidé une session thématique consacrée aux "Inégalités sociales et territoriales de santé mentale", à l'occasion du CFP 2013 à Nice.


Alors que les inégalités de santé n’ont jamais été tant évoquées dans les politiques sanitaires, à l’échelon national, régional et local, celles ayant trait à la santé mentale sont relativement peu abordées.
De nombreux travaux portent sur la surmortalité des personnes atteintes de troubles mentaux ; quel que soit le diagnostic, on enregistre proportionnellement beaucoup plus de décès qu’en population générale, notamment par suicide, maladie cardiovasculaire et cancer. Les inégalités peuvent porter sur l’offre de soins, particulièrement mal répartie sur le territoire national en ce qui concerne les psychiatres libéraux, assez inégale selon le type d’établissement de rattachement et la distance aux grandes métropoles, d’une part, selon les modalités d’organisation, d’autre part, pour les services publics de psychiatrie.
En termes de recours aux soins spécialisés et aux médicaments psychotropes, les variations sont également importantes ; il est difficile d’établir le poids respectif de la morbidité, du rapport à la souffrance psychique et de l’organisation des soins (accessibilité, réglementation, pratiques professionnelles …) dans ces disparités.
Enfin, en termes de morbimortalité, on enregistre des variations de 1 à 8 dans les taux standardisés départementaux de mortalité prématurée par suicide chez les hommes, et de 1 à 6 chez les femmes, durant la période 2008-2010. Dans une étude sur les taux de tentative de suicide selon le secteur, nous avions relevé une forte corrélation entre ces taux et les niveaux de défavorisation sociale.
Durant la session, nous proposons de décrire et d’analyser des différences sociales et territoriales connues dans le champ de la santé mentale. Est-il possible d’établir des liens en entre les caractéristiques socio-économiques des territoires - y compris l’organisation de la prévention et des soins - dans lesquels vivent les individus, et la morbimortalité psychiatrique ? En d’autres termes, les données de contexte sont-elles prédictives dans ce domaine, ou faut-il nécessairement disposer d’informations individuelles pour expliquer les variations ?

  • Président : Laurent Plancke
  • Les inégalités sociales de recours aux traitements. L'exemple des antidépresseurs : Pierre Verger - Marseille
  • Les disparités dans l'offre publique de soins en psychiatrie : Magali Coldefy - Paris
  • Les facteurs associés à la variation de la mortalité par suicide en France : Grégoire Rey - Le Kremlin Bicêtre