ART THERAPIE

La psychiatrie s'expose au musée des Beaux-Arts d'Arras

, à Arras

Affiche HEURE BLEUE finaleLe pôle santé mentale participe depuis 4 ans aux concours organisés par le musée des beaux-arts d’Arras, dans le cadre de leurs expositions temporaires.

En 2013, lors de l’exposition « Roulez Carrosses », l’hôpital de jour Aristide Briand remportait le 1er prix et la clinique Aloïse Corbaz le 3éme prix dans la catégorie des adultes.

En 2015, lors de l’exposition « les lumières de Versailles », la clinique Aloïse Corbaz remportait le 1er prix de la catégorie adulte.

Durant ces expositions, nous avons pu bénéficier de visites médiatisées gratuites pour nos patients, avec Mme Avignon, médiatrice culturelle du musée.

Projet « Sacrebleu » : exposition en partenariat avec le musée des beaux-arts d’Arras

En début d'année 2016, le pôle santé mentale du CHA a sollicité le musée dans l’intention d’exposer un projet d’Art brut mené par les structures du pôle santé mentale, à l’occasion des 50 ans de la mort d’Aloïse Corbaz. Mme Avignon et Mme Lerat, directrice adjointe du musée, furent impressionnées par les œuvres produites par nos patients.  Elles n’ont pu répondre favorablement du fait de la programmation prévue. En revanche, elles ont proposé d’inclure des œuvres réalisées en marge de l’exposition « Sacrebleu » de cette fin d’année.

Le projet s’est ensuite mis en place avec 2 autres structures, le centre d’éducation pour jeunes sourds d’Arras et l’association de réinsertion socio-professionnelle « PAGE » située à Harnes.

De ce partenariat, 2 axes se sont dégagés :

  • La participation au concours « A votre service » : les œuvres sont exposées depuis le 15 octobre dans le cloître du musée.
  • L’organisation d’une exposition sur le thème du bleu : les œuvres sont exposées du 2 janvier au 6 février 2017.

Plusieurs objectifs sont visés par ce travail :

  • Pour les patients :

Il n’est pas toujours facile de mettre des mots sur les maux. Un travail a été fait à travers différents médiateurs plastiques afin que les patrients puissent s’exprimer sur d’autres modes. Des ateliers thérapeutiques variés ont ainsi été proposés en ce sens. Les différents thèmes de l’exposition « Sacrebleu » permettent d’aborder les problématiques des patients autrement. Ainsi ils peuvent travailler sur la mélancolie, le sommeil, la place dans la société, le blues, … sur un mode moins formel et avec un regard différent sur la maladie.

Pour participer à ce partenariat, le patient sort de l’institution pour visiter diverses expositions et s’enrichit culturellement, il se découvre des centres d’intérêt bénéfiques à sa réinsertion sociale.

Par ailleurs, le regard de l’Autre ne se situe plus sur la personne malade mais sur l’œuvre produite. Le patient montre ses capacités de création. Le retour est toujours valorisant. Le fait d’être exposé dans une institution reconnue pour ses œuvres d’Art est d’autant plus gratifiante.

Les patients hospitalisés sur le long cours ne voient parfois plus un grand intérêt à participer aux ateliers thérapeutiques « classiques » et la participation à ce type de projet leur redonne une certaine dynamique, avec un objectif final concret et ancré dans la réalité.

  • Pour le pôle santé mentale :

La psychiatrie dans l’esprit du public est négative. La maladie psychiatrique fait peur. Les différentes expositions organisées œuvrent à changer cette image et à rompre avec les préjugés. Elles permettent au public de porter un regard différent sur le patient qui n’est plus un « fou » mais une personne à part entière, avec une souffrance certes, mais aussi avec des qualités créatrices et artistiques fortes et un besoin d’exprimer cette souffrance.

  • Pour le centre hospitalier :

Ces expositions montrent une certaine dynamique, l’ouverture d’esprit et la modernité du centre hospitalier d'Arras.

L’hôpital intègre déjà la dimension culturelle dans les soins apportés au patient via le projet culture santé, en partenariat avec le « Tandem Arras –Douai », projet auquel le Centre Hospitalier d'Arras prend part depuis plusieurs années. Ce partenariat avec le musée des Beaux-arts d’Arras s’inscrit dans un objectif similaire.

De plus, cela amène le centre hospitalier à s’inscrire dans le rayonnement culturel de la ville d’Arras.