Communiquer sur le suicide : à enjeu éthique exceptionnel, responsabilités singulières

3e rapport de l’Observatoire national du suicide, février 2018, page 52 à 62

Rapport ONSNotredame C.E., Grandgenèvre P., Pauwels N., Danel T., Vaiva G., Walter M. Communiquer sur le suicide : à enjeu éthique exceptionnel, responsabilités singulières. Suicide : enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l'adolescence, 3e rapport de l’Observatoire national du suicide, février 2018, 52-62

Extrait de l'article (page 52 à 62)

 

Tout acte de communication, lorsqu’il est activement et consciemment posé, porte en son sein le substrat de ce qui fait la complexité de la question de la liberté. La révélation, la commination, la proposition, la dénonciation, l’évocation, sont souvent considérées comme le fruit d’une pensée inaliénable, emblème de la dignité humaine, parce qu’elle représente la dernière enclave insoumise même lorsque le corps est sous le joug de l’oppression. Mais dans le même temps, l’acte de communication ne saurait se défaire de sa force  pragmatique, de son empreinte sur le réel, de sa capacité à changer, faire changer, empêcher ou prévenir. Or, cette dimension pragmatique est à la fois une forme de consécration de la liberté de soi et une entaille nécessaire dans la liberté d’autrui, car si ce que je dis infléchit la réalité dans le sens de mon énonciation, cela le fait au détriment des expressions possibles de l’autre.

Retrouvez la 2ème partie de l'article

Consultez le rapport entier en ligne