Les CATTP dans les Hauts-de-France

LES HAUTS-DE-FRANCE COMPTENT 145 CATTP

Les Centres d’activité thérapeutique à temps partiel (CATTP) ont été créés au milieu des années 1980, dans le cadre de la politique de secteur et de diversification de l’offre de soins en psychiatrie.En 2020, 145 CATTP sont implantés dans les Hauts-de-France, dont 90 en psychiatrie adulte (62,1%), 40 en psychiatrie-infanto-juvénile (27,6%), 12 en milieu pénitentiaire (8,3%) et 3 dépendant de l’intersecteur d’addictologie de Saint-Amand-les-Eaux (2,1%); il n’existequ’un exemple de CATTP agréé de ce dernier type dans l’ensemble de la région.

Capture drecran 2020-09-14 a 14.37.24Visualiser la carte

28 centres sont implantés dans le Pas-de-Calais; les 12 CATTP infanto-juvéniles sont implantés dans l’Arrageois et dans le bassin minier, laissant dépourvue une très large partie du territoire départemental. La bande littorale (Boulonnais, Calaisis et Montreuillois) et le sud de ce département n’en possèdent aucun. L’Audomarois et le territoire de Béthune-Bruay sont particulièrement bien dotés en CATTP, avec respectivement 3,27 et 3,06 centres pour 100000 habitants.

Avec 6 CATTP, l’Aisne est le département des Hauts-de-France le moins doté, en nombre et en densité (1,14 centre pour 100000 habitants); les territoires de Laon et de Château-Thierry n’en comptent aucun. Enfin, il n’existe aucun CATTP pour enfants-adolescents dans ce département, ce qui constitue un cas unique. Seul le territoire de Vervins présente une densité élevée pour la région, avec 3,07 CATTP pour 100000 habitants.

L’Oise est un département bien doté en CATTP: 22 centres y sont implantés, soit une densité de 2,67 pour 100000 habitants, la 2e de la région: 15 pour adultes, assez bien répartis dans l’espace départemental, sauf dans sa partie sud-est, et 7 en psychiatrie infanto-juvénile.

Avec 66 centres, le Nord dispose du plus grand nombre de centres de ce type; la Sambre-Avesnois et le Valenciennois connaissent les densités les plus élevées de la région, respectivement 3,47 et 3,42 CATTP pour 100000 habitants, alors que le Douaisis est faiblement doté (1,22).

Au niveau départemental, la Somme présente la densité la plus élevée: 2,98 CATTP pour 100000 habitants. Dans ce département, on peut noter cependant la concentration des centres à Amiens : 4 CATTP pour adultes et 4 pour enfants-adolescents sont implantés dans le chef-lieu départemental, soit la moitié des centres du département. Ce très grand nombre est à relier à l’organisation en 4 secteurs de la ville d’Amiens, ville de 134057 habitants. Abbeville est la seule autre commune de la Somme dotée d’un CATTP infanto-juvénile, ce qui laisse de très grands territoires non pourvus de ce type d’équipements

Tableau 1. Nombre de CATTP adultes et infanto-juvéniles par type et département ; densité pour 100 000 habitants. N=133

  Adulte* Infanto-juvénile Total
  Nombre Taux** Nombre Taux*** Nombre Taux****
Aisne 6 1,43 0 - 6 1,12
Nord 45 2,24 16 2,70 61 2,35
Oise 15 2,38 7 3,64 22 2,68
Pas-de-Calais 16 1,41 12 3,59 28 1,91
Somme 11 2,44 5 4,20 16 2,80
Total 93 2,00 40 2,95 133 2,22

* addictologie comprise (N=3) // ** Taux pour 100 000 habitants de 17 ans et plus // *** Taux pour 100 000 habitants de 0 à 16 ans // **** Taux pour 100 000 habitants

Texte et carte sont extraits d’un rapport de la F2RSM Psy sur les CATTP à paraître, en octobre 2020​