28ème Journées ÉMOIS

Morbidité ressentie, morbidité enregistrée : le cas de la tentative de suicide dans le Nord - Pas-de-Calais

Le 27 mars 2015, à Nancy

La F2RSM a communiqué aux Journées "Évaluation, management, organisation, information, santé" (journées ÉMOIS) à Nancy, le 27 mars 2015.

Introduction

Alors que le suicide fait l’objet d’une statistique depuis le XIXe siècle, il n’existe pas d’indicateurs de la tentative de suicide (TS).

Méthodes

Nous avons entrepris d’employer deux catégories de données pour apprécier le nombre de tentatives de suicide (TS) : les enquêtes en population générale incluant des items sur les conduites suicidaires et 4 bases médico administratives, dont les résultats ont été comparés. Leur intérêt et leurs limites sont présentés.

Résultats

Dans l’Enquête santé mentale en population générale (SMPG), 8% de la population adulte enquêtée déclare avoir fait une TS au cours de sa vie. Dans le Baromètre santé (BS) 2010, à la méthodologie différente, 0,8% de l’échantillon BS du Nord - Pas-de-Calais déclare avoir fait une TS dans les 12 derniers mois, ce qui permet d’estimer à 25 000 [IC95% 12-38 000] le nombre de suicidants déclarés dans cette région. Chez les 15-30 ans en ayant déclaré 1 ou plus dans le BS, 23% déclaraient avoir réellement eu l’intention de mourir, 60% avoir appelé à l’aide et 17% souhaiter de mourir en
sachant que le moyen employé n’était pas létal. L’Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la défense (Escapad), retrouve, en 2011 chez les jeunes de 17 ans un taux de 9,8% dans le Nord -
Pas-de-Calais. Un quart de ces déclarants avait été hospitalisé à l’occasion de cette TS.
En 2011, 14 666 appels aux samu – centres 15 du Nord et du Pas-de-Calais évoquent une TS et 11 104 hospitalisations avec un diagnostic de TS sont enregistrées dans le PMSI-MCO concernant des habitants du Nord -
Pas-de-Calais, correspondant à 9327 personnes distinctes. Le Recueil d’informations médical en psychiatrie (RimP) en enregistre quant à lui 3563 (habitants du Nord - Pas-de-Calais, 2011).

Discussion/conclusion

Le nombre de suicidants estimé à partir du BS est beaucoup plus élevé que le nombre de cas de TS enregistrés par les samu - centres 15, le PMSI-MCO et le RimP. Il existe des TS non médicalisés dans les lieux de prise en charge
couverts par les bases étudiées, ce qui suggère que leur gravité somatique ne le justifiait pas. D'autre part, l'hypothèse peut être faite que certaines TS déclarées sont plus des pensées que des gestes suicidaires.
Pour améliorer la sensibilité des bases médico-administratives, il importe que soit amélioré le codage du caractère intentionnel d’une série de lésions ou intoxications (codes x60 à x89 de la Cim-10).


Téléchargez la communication de Laurent Plancke.